JOURNALISTE - CHRONIQUEUSE - FORMATRICE
Auteur : sur wikimedia Romaineolas
Auteur : sur wikimedia Romaineolas

Des études révèlent les bienfaits du thermalisme en psychiatrie

La médecine thermale, très connue du grand public, s’élargit depuis quelques années au domaine de la santé mentale. Des études révèlent que les cures sont particulièrement efficaces dans ce domaine.

Partout en France, les eaux minérales sont utilisées à des fins thérapeutiques pour améliorer la santé de patients souffrant de maladies rhumatismales, d’atteintes dermatologiques ou pour remédier à des problèmes de poids. Plusieurs études scientifiques laissent aujourd’hui à penser que les troubles anxieux, le burn-out, les troubles douloureux chroniques et les atteintes dépressives seraient aussi bénéfiques pour les personnes touchées. L’étude SPECTh (Sevrage de Psychotropes par Éducation psychothérapique en Cure Thermale de 2012) a permis d’analyser les effets d’une cure sur 70 patients souhaitant arrêter la prise d’anxiolytiques.

Au programme ? 3 semaines complètes en établissement, incluant 4 soins par jour et un suivi psychothérapeutique cognitif et comportemental. Les résultats montrent qu’à 6 mois, près de la moitié ont pu arrêter totalement la prise de benzodiazépines et 80% ont pu réduire de 50% la consommation de l’ensemble des médicaments. Sur un plan plus global, la prise en charge aurait permis une réduction significative de l’état anxieux et dépressif des patients. L’étude STOP-TAG avait déjà obtenu le même type de résultats en 2010.

Depuis lors, l’intérêt de la crénothérapie (utilisation des eaux minérales) sur la qualité de vie de patients souffrant de troubles psychiques ne cesse d’être étudiée. D’autres recherches s’attachent à analyser les effets des cures sur les burn-out professionnels, les différents types de dépression, le syndrome de fatigue chronique ou les troubles du sommeil. Ce thermalisme dit « psychiatrique » pourrait bien devenir l’un des secteurs porteurs de demain.

 

L'auteur : Véronique Barreau